Connect with us

Cointelegraph

Combien c'est trop? Le marché de l'art crypto rassemble des poches profondes et de grands artistes

Il y a 53 minutes…

Published

on

Avec le jeton non fongible marché approchant du point de moussage, il est peut-être temps de s'asseoir et de demander: "Que se passe-t-il ici?" Le produit de 750 000 $ provenant de la vente récente d'un seul CypherPunk NFT «étranger», après tout, aurait pu payer pour une maison de taille raisonnable.

Le monde de la cryptographie dans son ensemble n'a que 12 ans et entre dans l'adolescence, mais l'art crypto – l'art sur une blockchain – et les jetons non fongibles sont tout juste sortis de leurs terribles deux. Le lancement d'un modèle d'époque CryptoKitties remonte à 2017 et 2018, et le jeton non fongible d'Ethereum, ERC-721 – qui est utilisé par de nombreuses galeries numériques et également des NFT non artistiques – n'a été développé et déployé qu'au début de 2018. Ce qui est discuté ici est encore très nouveau .

De plus, Bitcoin (BTC), le premier projet de blockchain au monde, n'était au départ qu'un moyen plus efficace de transférer de l'argent, même s'il est rapidement devenu plus – une sorte de mouvement social. Dans le même ordre d'idées, l'art cryptographique pourrait évoluer pour devenir plus qu'un simple objet de collection. La technologie sous-jacente pourrait faire de chaque personne sur la planète – pas seulement les 1% les plus riches – des propriétaires d'œuvres d'art uniques, disent les partisans. Ou, en tant que gagnant d'une vente aux enchères d'art crypto m'a dit en décembre: «C'est mon plus grand souhait que la crypto soit comprise comme une technologie libératrice.»

Il ne fait cependant aucun doute que l’art – physique ou numérique – est aussi une question d’argent. Le propriétaire d'art «libérateur» cité ci-dessus a également offre 777777 $ pour une œuvre cryptographique de l'artiste Beeple (alias Mike Winkelmann), et il semble juste de se demander à la lumière d'événements similaires si le marché de l'art numérique surchauffe.

Une culture émergente?

«C'est une bulle dans le sens où le capital s'envole rapidement sur le marché des NFT et une grande partie de ce capital provient d'individus qui autrement utiliseraient ce capital pour investir et / ou échanger de la crypto-monnaie», Vladislav Ginzburg, PDG de l'art numérique et marché de collection Blockparty, a déclaré Cointelegraph. Mais il se passe aussi quelque chose d'autre, a-t-il ajouté: «Il existe une véritable culture de collectionneur qui émerge autour de l'art numérique et des actifs culturels soutenus par NFT.»

Giovanni Colavizza, professeur assistant en sciences humaines numériques à l'Université d'Amsterdam, a déclaré à Cointelegraph: «Je crois que nous sommes en pleine découverte des prix combinée à une croissance rapide de l'espace des objets de collection NFT.» En outre, il a ajouté qu'au fur et à mesure que de plus en plus d'individus riches arrivent sur le marché, plus les «créatifs réalisent comment cet espace peut leur permettre de monétiser leur travail».

Le monde de l'art cryptographique tel qu'il est actuellement constitué est double, a déclaré Ginzburg, englobant des artistes qui créent de l'art numérique depuis le début mais ont eu du mal à monétiser et à distribuer leurs œuvres – et pour qui la tokenisation est une aubaine – ainsi que des artistes traditionnels et physiques, dont beaucoup ont des adeptes significatifs mais qui recherchent un public mondial encore plus large.

Justin Roiland, qui vient de a vendu une œuvre d'art cryptographique pour 150000 $ lors d'une vente aux enchères silencieuse sur une plate-forme artistique appartenant à Gemini, par exemple, appartient au premier groupe. «C'est un animateur – une forme d'art numérique – qui a pu monétiser ses personnages et ses animations par des moyens commerciaux sur une émission de télévision populaire», a expliqué Ginzburg, ajoutant:

«Entrer dans l'espace NFT lui a permis de rester nativement numérique mais de vendre des œuvres d'art vraiment uniques et possédables sans avoir à apprendre un nouveau support, comme la gravure.

Pour les artistes traditionnels désireux d’adopter les NFT, «la voie est moins claire», a ajouté Ginzburg, dont la société explore avec ces artistes comment les NFT «peuvent soutenir leurs œuvres physiques, en tant qu’ «add-on» ou éventuellement en tant qu’extension numérique ».

Une niche dans un marché de niche

Le monde de l'art traditionnel, où les transactions annuelles totales dépassent 60 milliards de dollars, éclipse l'art numérique, mais il reste un marché de niche «plein d'asymétries d'information et de toutes sortes d'obstacles arbitraires à l'entrée qui le maintiennent artificiellement petit», a noté Colavizza. L'espace NFT, en comparaison, est totalement transparent et ouvert à tout le monde, il n'est donc pas surprenant que certains artistes établis veuillent tester les eaux, et cela peut avoir quelque chose à voir avec l'activité récente de NFT.

"Plusieurs grandes baisses récentes sont dues au fait que des créatifs établis avec une base d'abonnés se déplacent vers NFT et l'apportent avec eux", a déclaré Colavizza, citant Beeple, qui a vendu aux enchères l'ensemble de sa collection NFT pour 3,2 millions de dollars, y compris le travail unique cité ci-dessus. pour 777777 $, brisant le précédent record d'art crypto de Trevor Jones par 14 fois.

Une autre raison de l'activité récente, sûrement, «est la nouvelle vague de crypto», a déclaré Colavizza. Bitcoin et Ether (ETH) a atteint des sommets historiques le mois dernier. «Plusieurs poches profondes sont ou ont été créées. La liquidité élevée signifie que beaucoup cherchent des moyens d'investir, et les objets de collection NFT sont un espace en croissance rapide pour le faire. L'inconvénient est une volatilité plus élevée du marché, a-t-il ajouté.

Il peut également y avoir un aspect DeFi dans l'exécution de NFT. "Certains collectionneurs ont des plans clairs pour leurs collections – par exemple, en les utilisant comme support pour d'autres actifs DeFi ou pour développer des domaines / projets dans des mondes virtuels", a ajouté Colavizza. En effet, FlamingoDAO, le collectif d'art crypto qui a acheté le CryptoPunk «extraterrestre» pour 750 000 $, annoncé son intention d'acquérir des NFT et de les convertir «en œuvres fractionnées afin qu'elles puissent être connectées aux plates-formes DeFi émergentes, avec des droits sur ces œuvres détenus et gérés par un nombre croissant de personnes dans l'écosystème Ethereum.

Un paradis pour les spéculateurs?

Beaucoup, bien sûr, considèrent tout cela comme une rationalisation de ce qui n'est que spéculation sur le marché. Misha Libman, co-fondateur du marché de l'art Snark.art, a déclaré à Cointelegraph: «Il y a clairement beaucoup plus d'achats spéculatifs dans l'espace crypto avec certains acheteurs intéressés à retourner les jetons NFT à des fins lucratives», sûrement plus que dans l'art traditionnel monde. De plus, «nous voyons beaucoup d'artistes émergents, et il est difficile d'évaluer où les prix reflètent la qualité des œuvres d'art ou où ils sont davantage motivés par la spéculation.»

Ginzburg a convenu qu'il y avait beaucoup d'argent spéculatif entrant sur le marché NFT, qui pourrait partir tout aussi rapidement, mais cela se produit également dans le monde de l'art traditionnel. Pourtant, le fondement du marché de l'art traditionnel est la collection. Il ajouta:

«Les spéculateurs purs ont tendance à être identifiés, isolés et mis en évidence assez rapidement. La collecte maintient les prix stables et le marché en croissance fiable. Cette culture de la collection fait son apparition dans les NFT et ce sera passionnant à voir. "

Interrogé sur la manière dont les prix de l'art crypto sont déterminés, Ginzburg a répondu que les règles de base ressemblaient à celles de l'art traditionnel: qui sont les artistes? Quels sont leurs antécédents et leurs réalisations? Leur travail est-il de qualité? Quels collectionneurs s'intéressent à eux ou possèdent déjà leur œuvre? Quelles galeries / plateformes présentent leur art?

«S'il y a une différence principale que je vois, ce sont les nouvelles libertés créatives que l'art numérique offre au créateur», a déclaré Ginzburg. "Je jugerais les NFT en plus sur le nombre de nouveaux éléments qu'ils peuvent rassembler: audio, mouvement, accompagnement physique, etc."

Priyanka Desai, une représentante de la communauté chez FlamingoDAO, a déclaré à Cointelegraph qu'une grande différence par rapport à la tarification de l'art traditionnel est qu'il n'y a «aucune maison de vente aux enchères qui prend une coupe, c'est peer to peer», et c'est aussi aux créateurs de contenu de décider quand une offre sera accepté. Les maisons de vente aux enchères d’art traditionnel comme Christie’s et Sotheby’s peuvent charge commissions de 25% ou plus. Open Sea, une plateforme de vente NFT, par comparaison, prend seulement 2,5% pour les ventes sur sa plateforme.

La plupart des transactions NFT se font en Ether, la deuxième plus grande crypto-monnaie au monde après Bitcoin. Qu'arriverait-il à l'activité de l'art cryptographique si le prix de l'ETH et / ou du BTC s'effondrait, comme cela s'est produit en mars 2020? «Cela peut arriver sur n'importe quel marché, et cela se produit dans l'art traditionnel», a déclaré Desai. Dans tous les cas, le marché NFT a commencé à augmenter bien avant la dernière montée en puissance de la crypto-monnaie.

Qui sont les collectionneurs?

Mis à part les spéculateurs, le profil du collectionneur d'art cryptographique typique diffère-t-il beaucoup de celui des collectionneurs d'art traditionnels? L'acheteur d'art crypto «a tendance à être jeune et à la pointe de la technologie. Ils connaissent déjà la cryptographie, même s'ils n'en possèdent pas », a déclaré Ginzburg. Le marché est mondial, mais la plupart des participants sont américains ou européens, bien qu'il admette que «cela évolue très rapidement. Ils peuvent ou non être des collectionneurs d’art, mais ils s’intéressent définitivement à la culture en ce qui concerne la musique et la mode. »

Libman a déclaré à Cointelegraph: «Les collectionneurs que nous voyons dans cet espace ne sont généralement pas issus du monde de l'art traditionnel. Ils sont généralement jeunes, éduqués, à la pointe de la technologie et, tout comme les autres marchés de collectionneurs, professent des goûts et des stratégies spécifiques. » Alors que le monde de l'art crypto devient plus saturé de NFT, ils deviennent plus sélectifs, a ajouté Libman.

En relation: Art tokenisé: les NFT peignent un avenir brillant pour les artistes, technologie blockchain

FlamingoDAO, le collectif d'art crypto lancé en octobre, compte 55 membres – tous des investisseurs accrédités – y compris «des crypto profonds, des gens profonds NFT», a déclaré Desai, mais aussi des collectionneurs du monde de l'art traditionnel qui souhaitent se lancer dans l'art crypto. Ils sont un mélange d'âges – «même quelques personnes de plus de 50 ans».

Une mode induite par COVID?

La demande d'art symbolique plongera-t-elle si et quand la pandémie de coronavirus prend fin et que les gens visitent à nouveau des musées et des galeries d'art? «Il ne fait aucun doute que la pandémie a donné un énorme coup de pouce au marché de l'art numérique», a déclaré Libman, mais les musées étendaient leurs collections d'art numérique avant le COVID-19, et il s'attend à ce que ce processus se poursuive.

«Lorsque nous examinons l'adoption du format numérique dans d'autres secteurs, de l'édition au cinéma et à la musique, nous pensons que l'expansion du marché de l'art numérique est inévitable», a-t-il déclaré, ajoutant:

«Que la personne en fasse l'expérience sur un mur ou via son smartphone ne change que le format. Le numérique permet aux artistes d'atteindre un public beaucoup plus large sans les complications liées au franchissement de frontières physiques, à la demande de visas et à se préoccuper de diverses logistiques.

Dans l'ensemble, a déclaré Libman: «L'espace artistique NFT est un marché émergent, et avec le temps, il mûrira et ressemblera probablement à son homologue traditionnel.» Colavizza a ajouté: "Je suis optimiste tout en étant également conscient que la volatilité est élevée et qu'il y aura donc des bosses en cours de route."

Selon Ginzburg: «Les perspectives ici sont extrêmement positives, car nous allons voir certains des véritables grands artistes numériques – qui se sont limités à monétiser leur travail par des moyens commerciaux – commencer à se concentrer sérieusement sur leurs œuvres d'art personnelles en tant que générateurs de revenus. via les NFT. »

À l’avenir, posséder un art unique ne sera pas limité aux élites qui fréquentent Christie’s et Sotheby’s, a déclaré Desai à Cointeleraph. «Tout le monde aura de l'art numérique sur ses murs. Posséder de l'art numérique fera partie de votre existence numérique (en ligne) », fait partie de votre identité, comme partager vos goûts dans la musique ou les films sur les médias sociaux.

Il ne fait cependant aucun doute que l’art – physique ou numérique – est aussi une question d’argent. Le propriétaire d'art «libérateur» cité ci-dessus a également offre 777777 $ pour une œuvre cryptographique de l'artiste Beeple (alias Mike Winkelmann), et il semble juste de se demander à la lumière d'événements similaires si le marché de l'art numérique surchauffe.

Source: https://cointelegraph.com/news/how-much-is-too-much-crypto-art-market-brings-together-deep-pockets-and-big-artists

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Cointelegraph

Druckenmiller: Ethereum est “ MySpace avant Facebook '' tandis que Bitcoin a gagné en tant que “ Google ''

Le retournement de l'éther Bitcoin est de retour dans les médias grand public….

Published

on

Bitcoin (BTC) est à risque d'un «retournement» d'Ether (ETH), les médias traditionnels affirment que certains FUD familiers – la peur, l'incertitude et le doute – reviennent sous les projecteurs.

Alors que le BTC / USD continue de baisser en dessous de 40000 $, un vieil argument a refait surface – mais les principaux investisseurs ripostent.

Bloomberg: l'ETH "dépassera probablement Bitcoin"

Dans un article du 31 mai, Bloomberg cité plusieurs sources affirmant qu'à l'avenir, Ether dépassera Bitcoin en tant que crypto-monnaie de choix au monde.

Le plus grand altcoin "dépassera probablement Bitcoin à un moment donné dans le futur, car Ethereum sera supérieur en matière d'innovation et d'intérêt des développeurs", a déclaré Tegan Kline, cofondateur de la société Blockchain Edge & Node, à la publication.

Un autre dirigeant a ajouté qu'Ethereum avait une «meilleure histoire de croissance».

L'argument est loin d'être nouveau et est apparu régulièrement tout au long de l'existence d'Ethereum. La récente mise à niveau majeure du réseau Ethereum a maintenu son profil à flot, et l'ETH a surperformé Bitcoin au cours de l'année écoulée et a formé l'épine dorsale du phénomène de la finance décentralisée (DeFi).

ETH / BTC, longtemps sur une séquence de défaites, a atteint son taux de change le plus élevé en trois ans plus tôt ce mois-ci.

ETH a également réussi à préserver davantage ses gains de prix que Bitcoin ces derniers jours. Comme l'a rapporté Cointelegraph, une moyenne mobile clé reste intacte pour ETH / USD, tandis que BTC / USD n'a pas réussi à récupérer "des lignes dans le sable".

Graphique des bougies ETH / BTC sur 1 semaine (Bitstamp). Source: TradingViewDruckenmiller compare Ethereum à MySpace

Pour toutes ses performances impressionnantes, cependant, affirmer qu'Ethereum remplacera Bitcoin au sommet est absurde, beaucoup affirment – et pas seulement les fervents partisans de Bitcoin.

Le seul retournement qui se passe cette année pic.twitter.com/cY0necJ3GM

– William Clemente III (@WClementeIII) 29 mai 2021

Dans une interview avec The Hustle la semaine dernière, l'investisseur milliardaire Stanley Druckenmiller est devenu le dernier personnage non technique à mettre de côté les doutes sur la résistance de Bitcoin.

"Je pense que BTC a gagné le jeu de la valeur ajoutée parce que c'est une marque, elle existe depuis 13 à 14 ans et son approvisionnement est limité", at-il mentionné.

«Est-ce que ça va être de l'or? Je ne sais pas. C'est sûr d'en faire une bonne imitation au cours des deux dernières années. "

Pour Druckenmiller, Ethereum est à Bitcoin ce que MySpace est à Google.

«Je suis un peu plus sceptique quant à sa capacité à maintenir sa position. Cela me rappelle un peu MySpace avant Facebook », a-t-il poursuivi.

«Ou peut-être une meilleure analogie est Yahoo avant l'arrivée de Google. Google n’était pas beaucoup plus rapide que Yahoo, mais ce n’était pas nécessaire. Tout ce qu'il fallait, c'était un peu plus rapide et le reste appartient à l'histoire.

D'autres soulignent depuis longtemps que techniquement, Bitcoin et Ethereum ont peu de points communs. L'offre limitée de Bitcoin et ses années de résistance aux attaques le placent dans une ligue différente de celle de toute autre crypto-monnaie, et en comparer une autre à celle-ci est une comparaison pommes-oranges.

«Je pense généralement que toutes les autres monnaies numériques ne sont pas vraiment en concurrence avec Bitcoin et ne sont en aucun cas similaires à Bitcoin», célèbre Saifedean Ammous, auteur de The Bitcoin Standard. Raconté le podcast Unchained en août 2017.

"Je pense que leur véritable concurrence est, si je suis généreux, je dirai Amazon Web Services et ce type de plates-formes."

Source: https://cointelegraph.com/news/druckenmiller-ethereum-is-myspace-before-facebook-while-bitcoin-won-as-google

Continue Reading

Cointelegraph

La capitalisation boursière d'Ethereum atteint 337 milliards de dollars, dépassant Nestlé, P&G et Roche

La valeur du réseau Ethereum a dépassé les grandes entreprises comme Nestlé et P&G après que sa capitalisation boursière a atteint un nouveau sommet à 337 milliards de dollars….

Published

on

Éther (ETH) a augmenté de plus de 200% en 2021, ce qui s'est traduit par une capitalisation boursière massive de 337 milliards de dollars. Ce chiffre impressionnant a fait passer la valeur du réseau Ethereum avant la capitalisation boursière totale de grandes entreprises comme Procter & Gamble (326 milliards de dollars) et 308 milliards de dollars de PayPal.

Le chiffre de capitalisation boursière est obtenu en multipliant le dernier prix de transaction par le nombre total de pièces en circulation, qu'elles aient ou non été déplacées. Par conséquent, il reflète rarement le prix moyen auquel la plupart des investisseurs ont effectué des transactions.

Pour les investisseurs de la finance traditionnelle, la «valeur» est évaluée en comparant les multiples et les valorisations. Celles-ci sont souvent calculées sous la forme de revenus, de ventes et de parts de marché, et tenter d'appliquer ces mêmes mesures de «valeur» aux crypto-monnaies avec plusieurs cas d'utilisation crée de l'incertitude et de l'inconfort.

L'éther est un actif aux multiples facettes difficile à évaluer

Il n'y a pas de métrique à l'épreuve des balles disponible pour évaluer comment la valeur d'Ether se compare à son potentiel. La crypto-monnaie peut simultanément agir comme une réserve numérique de valeur tout en fonctionnant également comme le jeton requis pour accéder au réseau Ethereum.

Capitalisation boursière de l'éther, en milliards USD. Source: TradingView

Par conséquent, il faut tenir compte des pièces déposées sur les bourses ou du pourcentage de changement de mains lors de la comparaison des différentes classes d'actifs. L'existence de marchés dérivés réglementés permet aux investisseurs institutionnels de parier contre le prix de l'actif, et c'est un autre facteur qui doit être pris en compte.

Classement des plus grands actifs mondiaux par capitalisation boursière. Source: Capitalisation boursière infinie

Bien que les mérites de comparer côte à côte la capitalisation boursière de différentes classes d'actifs soient discutables, la métrique fonctionne essentiellement de la même manière pour les matières premières, les actions et les fonds communs de placement.

Selon les données d'Infinite Market Cap, Ether a récemment dépassé la capitalisation boursière de Nestlé, Procter & Gamble, PayPal et Roche.

La société multinationale américaine de biens de consommation P&G a été fondée en 1837 et détient un portefeuille de marques diversifié, comprenant la santé personnelle, les soins aux consommateurs et l'hygiène. Avec 100000 employés dans le monde, le conglomérat a dégagé un bénéfice net de 13 milliards de dollars en 2020.

D'autre part, Ethereum compte 2320 développeurs mensuels moyens, selon le Rapport des développeurs de Electric Capital. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une entreprise laïque, ses applications décentralisées (dApps) gèrent plus de 100 000 adresses actives par jour. Le transfert quotidien et les transactions de 12 milliards de dollars sur le réseau Ethereum sont encore plus impressionnants. Ces chiffres à eux seuls sont exceptionnels, même pour une entreprise du S&P 500.

Les actions ont leurs propres risques, qui ne peuvent être ignorés

Il est peu probable que la comparaison d'une entreprise de 183 ans qui dépend fortement de la production et de la distribution à un protocole basé sur la technologie révèle de nombreuses similitudes. Cependant, les investisseurs en actions profitent des fruits des dividendes, et même si certains soutiendront que Ether pourrait être mis en jeu pour un rendement, il y a des risques plus importants impliqués.

Les investisseurs participant au contrat ETH 2.0 ont la possibilité de devenir un validateur complet ou de rejoindre un pool, mais leurs pièces pourraient être perdues en raison d'une activité malveillante ou en ne validant pas les transactions réseau. Des risques similaires apparaissent lors du prêt d'Ether via des services centralisés et des protocoles décentralisés.

En revanche, les sociétés cotées peuvent créer de nouvelles actions pour bénéficier de valorisations excessives ou augmenter leur trésorerie.

Les changements fiscaux, les passifs opérationnels et les changements réglementaires sont d'autres risques auxquels les actionnaires sont parfois confrontés. Par exemple, Roche a récemment été contestée par le gouvernement pour 4,5 milliards de dollars pour avoir trompé le CDC, selon un procès non scellé en septembre 2019.

Les protocoles décentralisés sont pratiquement exempts de ces dangers, et cela justifie peut-être leurs valorisations exorbitantes.

Compte tenu des risques décrits ci-dessus, les investisseurs pourraient conclure que détenir Ether est moins risqué que d'acheter des actions. Au moins, il est possible d'auto-garde, ce qui rend l'actif moins dépendant des tiers et des transactions non autorisées.

Les points de vue et opinions exprimés ici sont uniquement ceux de la auteur et ne reflètent pas nécessairement les vues de Cointelegraph. Chaque mouvement d'investissement et de trading comporte des risques. Vous devez mener vos propres recherches lorsque vous prenez une décision.

Par conséquent, il faut tenir compte des pièces déposées sur les bourses ou du pourcentage de changement de mains lors de la comparaison des différentes classes d'actifs. L'existence de marchés dérivés réglementés permet aux investisseurs institutionnels de parier contre le prix de l'actif, et c'est un autre facteur qui doit être pris en compte.

Source: https://cointelegraph.com/news/ethereum-market-cap-hits-337-billion-surpassing-nestle-p-g-and-roche

Continue Reading

Cointelegraph

À la découverte de la littératie financière: la crypto mène les frais d'investissement au détail

Il ya 1 heure…

Published

on

Les échanges dynamiques tirés par les investisseurs de détail semblent avoir pris une nouvelle vie depuis le début de l'arrêt mondial occasionné par la pandémie de coronavirus en cours. Là où les défis des célébrités dominaient les tendances virales sur les médias sociaux, les questions liées aux finances personnelles et aux investissements semblent être aussi populaires ces jours-ci.

Cet intérêt croissant pour les marchés financiers de la part des gens du travail s'est également étendu à l'espace cryptographique alors que les monnaies numériques ont enregistré de fortes reprises de prix après la crise qui a caractérisé le crash du jeudi noir du 12 mars 2020.

Si l'intérêt est palpable, certains gardiens se demandent si la nouvelle génération d'investisseurs de détail est suffisamment bien informée pour investir dans des actifs risqués. Mais la gestion des finances personnelles et l'investissement sont-ils devenus une nouvelle tendance à la mode?

COVID-19: défi et opportunité

Les applications de trading comme Robinhood et Coinbase sont récemment devenues le les plus téléchargés sur l'App Store d'Apple, devant les services de médias sociaux populaires tels que TikTok et Instagram. Compte tenu de l'influence exercée par les médias sociaux sur la culture populaire au cours de la dernière décennie, les applications d'investissement enregistrant le plus de téléchargements pourraient indiquer un pivot dans les intérêts, en particulier parmi les jeunes.

Selon un enquête publié par le géant américain de l'investissement Charles Schwab, 15% des investisseurs de détail actuels en Amérique ont commencé à investir en 2020. En effet, le secteur du courtage aux États-Unis aurait ajouté 10 millions de nouveaux clients en 2020, avec l'application de commerce de détail Robinhood représentant plus de 60 % du chiffre total.

Le boom des investissements de détail en 2020 peut être attribué à deux facteurs: la volatilité du marché et les verrouillages de coronavirus. L'économie mondiale étant pratiquement au point mort, les gouvernements ont cherché à stimuler la croissance et la reprise par d'importantes injections de liquidités sous la forme de plans de relance.

Selon l'enquête Charles Schwab, les Millennials et la Génération Z constituent la majorité de la classe d'investisseurs débutants créée en 2020. En effet, les Millennials représentaient plus de la moitié du nombre de participants qui ont déclaré être entrés sur le marché des actifs au début du COVID-19 pandémie. Jonathan Craig, vice-président exécutif senior et responsable des services aux investisseurs chez Charles Schwab, a déclaré à Cointelegraph:

«Nous avons constaté une croissance et un engagement considérables de la part des investisseurs individuels au cours de l'année écoulée en raison de la baisse des coûts de négociation, de nouveaux produits et services visant une plus grande facilité et accessibilité, et des opportunités d'investissement présentées par la volatilité du marché.»

Craignant peut-être l'inflation et la dépréciation monétaire, davantage d'investisseurs de détail semblent désireux de se protéger contre l'incertitude économique. Dans une conversation avec Cointelegraph, Jay Hao, PDG du géant de l'échange de crypto OKEx, a identifié la pandémie COVID-19 comme un déclencheur important de la flambée actuelle des investissements dans le commerce de détail, ajoutant:

«La pandémie a probablement accéléré l'adoption de la cryptographie en raison du fait que la Réserve fédérale a injecté massivement de l'argent sur le marché au cours de l'année dernière pour sauver l'économie américaine. […] Avec plus de plates-formes ayant accordé aux investisseurs particuliers un accès direct pour investir en actions, nous assistons à une démocratisation de l'espace d'investissement et à plus de pouvoir entre les mains du peuple. »

Le coronavirus continue d'avoir un impact significatif sur les finances personnelles allant des réductions de salaire aux congés ou même aux pertes d'emplois. Ainsi, il n'est peut-être pas surprenant de voir plus de gens être incités à créer des sources de revenus d'urgence en dehors de la structure traditionnelle de 9 à 5.

Jeter la crypto dans le mix

Comme indiqué précédemment, Robinhood représentait plus de 60% des nouveaux investisseurs ajoutés par les maisons de courtage américaines en 2020. Ce chiffre place la plateforme de commerce de détail dans une position appropriée pour déterminer les tendances d'investissement des débutants au cours de l'année dernière.

Selon un blog Publier sur le site Web de la société au début du mois d’avril, la plate-forme de négociation a déclaré que ses clients étaient à l’avant-garde du changement démographique sur les marchés financiers. Dans l'enquête Charles Schwab susmentionnée, le géant de l'investissement a appelé cette nouvelle classe d'investisseurs «Generation Investor», ou Gen I.

La génération I a un âge médian de 35 ans, ce qui place à nouveau la génération Y et la génération Z au cœur de ce changement démographique d'investissement. De nombreuses enquêtes ont également placé cette tranche d'âge particulière comme étant la plus intéressée par les crypto-monnaies, comme l'a dit Hao:

«La crypto-monnaie est probablement l'un des premiers instruments financiers à avoir attiré l'attention des milléniaux, qui ont la capacité de dynamiser davantage le marché. Des comptes TikTok populaires au marketing cryptographique mémétique, ces communautés et leur sophistication dans la production d'actions apportent une nouvelle scène de comportement des utilisateurs aux altcoins. »

Plus tôt en avril, échange de crypto OKEx publié une étude de recherche conjointe avec le service d'analyse de la blockchain Catallact montrant l'impact de l'intérêt des détaillants sur le marché de la cryptographie. Selon le rapport, l'activité de vente au détail dans le Bitcoin (BTC) a dépassé celui des acteurs institutionnels au T1 2021.

Telle est la croissance de l'activité de commerce de détail de crypto-monnaie que Robinhood a rapporté que 9,5 millions de clients ont échangé de la crypto sur sa plateforme rien qu'au premier trimestre 2021. Ce chiffre représente une multiplication par six du nombre de clients enregistrés par l'entreprise au quatrième trimestre 2020.

D'autres services d'investissement et de paiement ont également commencé à intégrer des clients cryptographiques pour profiter du battage médiatique actuel du commerce de détail. Les goûts de Venmo et PayPal ont rompu avec les positions anti-crypto antérieures pour adopter des dispositions plus amicales aux monnaies numériques au milieu de la potentiel de flux de revenus massifs.

En dehors des États-Unis, une résurgence du commerce de détail de crypto a eu un impact significatif sur les marchés financiers de la Corée du Sud. Les entreprises investies dans les échanges de crypto-monnaie sont connaissant des hausses massives du cours des actions. K Bank, le principal banquier d'Upbit – l'un des plus grands échanges cryptographiques de Corée du Sud – a connu un net retournement de situation. La banque a récupéré des 89 millions de dollars de pertes enregistrées en 2019 pour être dans un an peut-être recherche d'une inscription publique.

Qu'en est-il de la littératie financière?

En février, le ministre des Finances de la Thaïlande, Arkhom Termpittayapaisith déploré la flambée des investissements spéculatifs dans la cryptographie parmi les commerçants de détail du pays. À l’époque, le responsable du gouvernement avait averti que cette tendance pourrait avoir des conséquences désastreuses sur le marché des capitaux du pays.

Le ministre des Finances de la Thaïlande n’est pas le seul à épouser ces sentiments, car des remarques similaires ont été émises par des représentants du gouvernement et des régulateurs financiers du monde entier. En janvier 2021, la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni a averti que les investisseurs en crypto étaient susceptibles de perdre tout leur argent en raison du niveau de risque élevé du marché.

Outre la volatilité et d'autres discours anti-crypto bien usés, les émetteurs de ces présages de crash de crypto-monnaie soulignent souvent l'ignorance présumée des investisseurs de détail au sujet des subtilités du marché de l'investissement. En effet, la Securities and Exchange Commission de Thaïlande a subi des contrecoups importants de la communauté crypto thaïlandaise lorsqu'elle a cherché à introduire exigences de qualification des investisseurs pour les investissements en crypto-monnaie en février.

Hong Kong est également une autre juridiction qui cherche à limiter la participation de la vente au détail dans le commerce de crypto au milieu des informations faisant état d'une interdiction générale. À l'instar de la proposition thaïlandaise, les régulateurs de Hong Kong cherchent à adopter un seuil de revenu minimum pour les investissements en crypto-monnaie, ce qui pourrait disqualifier jusqu'à 93% de la population de la ville.

Il n'y a peut-être pas de meilleure échelle pour examiner les arguments de la littératie financière que la saga GameStop du début de l'année. Une horde d'investisseurs de détail a mis à profit le pouvoir de l'engagement des médias sociaux pour contre-rupture de stock GME.

Epargnez pour le paternalisme réglementaire qui a vu le marché boursier les gardiens favorisant injustement les hedge funds du côté des perdants, les commerçants de détail sur r / Wallstreetbets peuvent probablement avoir exécuté les shorters nus au sol. On pourrait soutenir que le drame GameStop a prouvé que la littératie financière n'est pas le problème des commerçants de détail, mais plutôt la nature non démocratisée de l'ancien système financier.

L'enquête Charles Schwab offre un aperçu de la mesure dans laquelle les investisseurs débutants vont en termes d'éducation et de conseils financiers. Dans sa publication rapport Lors du sondage, la société d'investissement a révélé qu'environ 94% des investisseurs souhaitent accéder à davantage d'informations et d'outils pour mener leurs propres recherches.

Commentant l'état d'esprit d'investissement des investisseurs débutants, Andrew D'Anna, vice-président senior de la division de l'expérience client de détail de l'entreprise, a déclaré: «Maintenant qu'ils ont plongé leurs orteils dans l'investissement, la génération I est impatiente de continuer à apprendre et à faire évoluer son stratégies pour réussir à créer de la richesse à long terme. »

Selon D’Anna, l’enquête menée par la société prouve que les investisseurs de la génération I ne se concentrent pas uniquement sur la prise de risque à court terme pour des gains énormes. Au lieu de cela, le changement générationnel émergent sur les marchés financiers dirigé par la génération Y et la génération Z est désireux d'acquérir des conseils et une éducation pour prendre des décisions éclairées.

Les applications de trading comme Robinhood et Coinbase sont récemment devenues le les plus téléchargés sur l'App Store d'Apple, devant les services de médias sociaux populaires tels que TikTok et Instagram. Compte tenu de l'influence exercée par les médias sociaux sur la culture populaire au cours de la dernière décennie, les applications d'investissement enregistrant le plus de téléchargements pourraient indiquer un pivot dans les intérêts, en particulier parmi les jeunes.

Source: https://cointelegraph.com/news/discovering-financial-literacy-crypto-leads-retail-investment-charge

Continue Reading

Trending